Galerie Poggi

À l’occasion de la sortie d’une importante monographie consacrée à 50 ans de carrière de Kees Visser, la Galerie Poggi présente la quatrième exposition personnelle de l’un des artistes avec lequel elle est liée depuis ses débuts. Publié par NAi Publishers, cette monographie de 320 pages a été conçue avec l’étroite complicité d’Irma Boom, et avec le soutien de la Fondation Mondrian. Intitulée « Monochrome ? », elle réunit un long essai de l’historien de l’art Hubert Besacier et de Marja Bloem, ancienne conservatrice au Stedelijk Museum.

L’exposition de Kees Visser réunit dans la salle principale un ensemble des peintures les plus récentes de l’artiste, jouant avec subtilité sur une monochromie plus polychrome qu’on ne pourrait le penser. Kees Visser appartient à cette génération d’artistes qui, à l’instar de John Armleder, Gerwald Rockenschaub, Allan Charlton, Adrian Schiess ou Peter Halley, a dû gérer dans les années 80 l’héritage post-moderniste où l’oeuvre, après avoir été déconstruite et analysée sous toutes ses coutures, devait être réinvestie comme lieu de l’art.

Dans un dialogue aussi amical que formel qu’à souhaité Kees Visser, les deux cabinets de la galerie présentent des peintures de l’artiste américain John Zurier, en partenariat avec la galerie Claes Nordenhake, ainsi que des œuvres en silicone coloré de l’artiste zimbabwéen Troy Makaza, exposées pour la première fois à la galerie en partenariat avec First Floor Gallery.