Fondation Pierre Gianadda

Sam Szafran naît à Paris le 19 novembre 1934, de parents juifs polonais émigrés. En 1942, il échappe à la rafle du Vel’ d’Hiv. Emprisonné à Drancy, il est libéré par les Américains puis placé, par la Croix- Rouge, dans une famille en Suisse.

En 1947, il quitte l’Europe pour l’Australie, avec sa mère et sa sœur, avant de rentrer à Paris en 1951. Il s’initie alors au dessin à l’Académie de la Grande-Chaumière et rencontre de nombreux artistes, dont le sculpteur Alberto Giacometti.

En 1960, Sam Szafran découvre les pastels, qui sont pour lui une véritable révélation. Il exploite dès lors le plus grand nuancier de l’histoire de l’art, avec sa gamme de 1600 tons.

L’intérêt de Léonard Gianadda pour l’œuvre de Sam Szafran donne lieu à une première rétrospective à Martigny en 1999. Suivent deux commandes importantes en 2004 : les céramiques monumentales Escalier et Philodendrons, pour les parois d’un pavillon adjacent à la Fondation. Avec la complicité du céramiste Joan Gardy Artigas, Szafran y crée deux thèmes emblématiques de son œuvre. Signe d’une profonde amitié et d’une admiration réciproque, en 2005, Sam, Lilette et leur fils Sébastien lèguent leur importante collection de photographies dédicacées d’Henri Cartier-Bresson à Léonard, ce qui donnera lieu à plusieurs mises en valeur au sein de la Fondation.

L’exposition en hommage à Sam Szafran, dans la galerie du Foyer, présente des œuvres de la collection de la Fondation, qui toutes racontent à leur manière le lien essentiel tissé au fil des ans entre l’artiste et l’institution martigneraine.

Commissariat : Sophia Cantinotti et Jean-Henry Papilloud