Galerie Poggi

The Day of Blood d​e Nikita Kadan évoque une étrange et violente fête romaine ​Dies sanguinis​, l’un des mystères du culte de Cybèle et d’Attis. Ce jour-là, les romains se flagellaient jusqu’à saigner, puis aspergaient les autels avec leur sang ; certains tentaient de s’émasculer, en voulant éprouver physiquement le destin sinueux et la douleur d’Attis. Selon l’un des mythes, Zeus plein de désir pour Cybèle, éjacula sur une pierre et ainsi donna naissance à l’hermaphrodite nommé·e Agdistis. Effrayé par sa force, Dionysos intoxiqua Agdistis en ajoutant du vin dans la source à laquelle il·elle buvait, puis attacha ses testicules de façon à ce que son érection entraîne sa castration. De son sang versé, naquit un amandier dont Nana, fille du dieu fleuve Sangarios, mangea un fruit et en fut fécondée, donnant naissance à Attis. Abandonné, il survécut et devint un jeune berger d’une beauté telle que Cybèle s’en éprit, exigeant une fidélité qu’Attis ne respecta pas. Cybèle le frappa de folie, et Attis désespéré se mutila, « enlevant le poids de son aisne » pour perdre sa « virilité ». De son sang naquit le pin, éternellement vert.

Un être fluide issu de métamorphoses de matière et de désir, Attis/Agdistis est au cœur de la proposition de Nikita Kadan. Pensée comme un sanctuaire à sa gloire, ​The Day of Blood ​fait s’entremêler la mythologie antique, des images de guerres contemporaines et de violence inouïe, et la subjectivité de l’artiste. L’exposition réunit de nouvelles installations, dessins et aquarelles, ainsi qu’une série photographique de l’artiste.

Né à Kiev (Ukraine) en 1982. Vit et travaille aujourd’hui à Kiev.
Figure émergente de la scène artistique ukrainienne, Nikita Kadan est membre du groupe d’artistes R.E.P. (Revolutionary Experimental Space) depuis 2004 et co-fondateur et membre du groupe de conservateurs et activites HUDRADA depuis 2008. Diplômé de l’Académie Nationale des Beaux-Arts de Kiev, où il a étudié la peinture monumentale, il travaille aujourd’hui avec l’installation, le graphisme, la peinture, les dessins muraux et les affiches dans la ville, parfois en collaboration interdisciplinaire avec des architectes, des militants des droits de l’homme et des sociologues.