Galerie Poggi

Intitulé Botanica, ce projet collectif rassemble des œuvres de Kapwani Kiwanga, Nikita Kadan et Sidival Fila. Née des échanges avec le philosophe Emanuele Coccia lors du Prix Marcel Duchamp 2020, l’exposition se penche sur la manière dont l’étude de la botanique peut nous permettre de mieux comprendre nos réalités contemporaines.

Le stand s’articule autour d’une grande installation de l’artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga. Emanuele Coccia décrit son approche historique comme relevant d’une véritable « botanique du temps ».  En s’intéressant à la capacité des plantes à porter la trace d’histoires non enregistrées et de connaissances localisées, l’artiste suggère une approche plus complexe et fragmentée de l’Histoire, qui s’éloigne d’une conception linéaire, et anthropocentrée.

C’est à une « botanique du genre » que renvoient les œuvres réalisées par l’artiste ukrainien Nikita Kadan, inspirées de la figure mythologique d’Attis. Fruit de nombreuses métamorphoses végétales et sexuelles, Attis est né de plusieurs actes trangressifs et violents d’émasculation, que l’artiste évoque dans une grande photographie sur soie et dans une série d’aquarelles « Attis ».

Déclinant les champs d’application possibles de la botanique, l’artiste brésilien et moine franciscain Sidival Fila convoque une « botanique du sacré ». Il réalise pour la FIAC des compositions faisant aussi bien écho à une iconographie symbolique et florale de la chrétienté occidentale qu’à des rituels de son continent amazonien d’origine, dans lesquels des fleurs en soie issues de textiles liturgiques du 16ème siècle sont étrangement cousues dans la toile de façon quasiment chamaniques ou magiques.