Fondation Pierre Gianadda

En hommage à son ami photographe, décédé pendant le confinement, la Fondation Pierre Gianadda consacre une exposition à Michel Darbellay, photographe : une rétrospective réalisée en collaboration avec la Médiathèque Valais-Martigny qui conserve, depuis 2010, toutes les archives du photographe.
Exposer les photographies de Michel Darbellay, c’est parler du Valais, de ses paysages, des hommes et des femmes qui l’ont construit et qui le font vivre. C’est surtout entraîner le public dans des univers et des rencontres au fil des saisons et d’une longue carrière passée sur les routes et les sentiers, mais aussi dans les airs. Comme il l’écrit, le Valais est son terrain de réflexions et de recherches favori : « Mes crayons : Hasselblad, Leica, pellicule couleur et noir-blanc, mais avant tout une émotion et une admiration toujours renouvelées pour ce grand décor dans lequel j’évolue depuis l’enfance. »

De père en fils
Né en 1936 à Martigny, Michel est le fils aîné d’Oscar Darbellay, diplômé des Beaux-Arts de Bâle. Il apprend les bases du métier de photographe auprès de son père, avec lequel il développe la production de cartes postales, avant de voler de ses propres ailes. En 1959, il ouvre son atelier au cœur de sa ville d’origine, le lieu parfait pour observer d’un œil attentif la vie quotidienne des habitants, ce que Michel Darbellay réussit admirablement. Il en résulte d’ailleurs l’édition de Martigny ou le chuchotement des platanes en 1983, qui décroche la récompense suprême du Grand Prix mondial des guides touristiques à Paris. Plusieurs autres livres marquent sa carrière, dont La Haute route (1978), Valais jours d’œuvre (1981), et Printemps du Grand-Saint-Bernard (1989).