Fondation Pierre Gianadda

La Fondation Pierre Gianadda présente une sélection exceptionnelle d’œuvres majeures de Jean Dubuffet (1901-1985), conservées principalement dans les collections du Musée national d’art moderne Centre Pompidou, à Paris. Pour rendre compte de tous les aspects de la création de ce grand défenseur de l’art brut qu’était Jean Dubuffet, l’exposition s’articule selon un parcours chronologique autour de temps forts faisant alterner chefs- d’œuvre de sa peinture, sculptures, et ensembles majeurs de ses travaux sur papier.

Artiste prolifique, peintre réfractaire aux conventions, tant sociales que picturales, Jean Dubuffet érigea le non-savoir en principe pour créer une œuvre singulière, rythmée par des séries successives, dont les plus significatives sont exposées dans cette rétrospective.

Les « premiers travaux » que Dubuffet répertorie comme tels, ceux réalisés à partir de 1942, témoignent de son intérêt pour les dessins d’enfant, les graffitis et l’art brut, terme qu’il forge à partir de 1945 pour désigner les productions artistiques de personnes évoluant hors de tout contexte culturel. Il les étudiera et les collectionnera assidûment, cherchant lui- même à atteindre ce déconditionnement, afin de changer la perspective proposée, le regard porté sur les choses, sur le monde. C’est aussi à travers des écrits fondateurs qu’il exposera ses « positions anticulturelles », parallèlement à sa carrière de peintre, préférant à la fréquentation des artistes celle des écrivains. Le portrait de l’un d’entre eux, Dhôtel nuancé d’abricot, 1947, est emblématique de ce renoncement à tout ordre esthétique : frontalité, maladresse du dessin, liberté de la couleur et recours à des matériaux inusités le caractérisent. La série des « Corps de Dames », dont l’éblouissant Métafizyx, 1950, permettra à Dubuffet de franchir un pas supplémentaire dans la mise en péril de la figure au profit de la peinture, devenue sujet de l’œuvre.