Ateliers Jean Nouvel

Il est prévu que le centre de ressources pédagogiques occupe la parcelle NE sur le campus de l’Université d’Athalassa.

Comme pour les autres bâtiments publics, le projet est envisagé en tant qu’« objet » : plus qu’un « bâtiment », il a été considéré comme une « œuvre de la terre », un doux écho dans le paysage aux collines si caractéristiques de la plaine et en particulier aux “Aronas”, un paysage primordial longeant le côté sud du site à travers la rivière Kaloyeros.

Au-delà de l’allusion au paysage, le centre de ressources pédagogiques est évidemment un artefact avec ses couches de matériaux colorés se superposant les unes aux autres formant une composition abstraite et la magnifique coupole claire coiffant le bâtiment.

Le centre de ressources pédagogiques est situé le long d’un axe est-ouest parallèle au Belvédère et qui laisse ouverte la perspective des Pentadactylos telle qu’elle apparaît de la place publique comme une sorte de thalweg logique entre la LCR et du futur centre culturel.

L’entrée du Centre de Ressouces pédagogiques a ainsi été positionnée sur le côté nord-est, afin d’affirmer la spécificité de la place publique qui doit être liée plus directement au centre culturel.

Le programme prévoit une distinction entre les espaces nécessitant une lumière « normale » et ceux ayant besoin d’un éclairage plus modéré, tels que ceux ayant trait aux écrans d’ordinateur ou aux rayonnages, par exemple, qu’ils appartiennent à la bibliothèque ou aux activités connexes aux ordinateurs. Cette démarche et l’orientation du bâtiment ont conduit à une répartition des espaces où ceux éclairés naturellement sont orientés vers le côté nord avec vue sur la crête des montagnes et ceux plus « obscures » font face aux Aronas avec moins de points de vue et soigneusement orientés.

Le plus vif intérêt et la plus grande attention ont été accordés pour ce projet aux conditions climatiques : la protection contre le soleil et un solide engagement à maintenir tous les intérieurs frais et confortables ont dicté les principes du projet en gardant à l’esprit la meilleure utilisation possible de l’énergie.

La coupole qui couvre la salle de lecture principale de la bibliothèque est délicatement posée sur le “plateau” de la colline et entourée par une terrasse plantée.

Le centre de ressources pédagogiques doit être envisagé comme une forme hybride entre le paysage naturel et l’environnement construit par l’homme. Les plantes, arbustes et arbres tout autour et en son sommet sont soigneusement sélectionnés parmi la flore indigène de l’île.

Olivier Boissière