Fondation Pierre Gianadda

La Fondation Pierre Gianadda consacre sa grande exposition d’été au peintre trop mal connu, Gustave Caillebotte (1848-1894). Organisée avec Daniel Marchesseau, conservateur général honoraire du Patrimoine, elle clôt le cycle consacré à l’impressionnisme commencé à Martigny en 1993 sous la direction du professeur Ronald Pickvance (1930-2017) avec Edgar Degas. Un événement attendu qui laisse présager une promenade émouvante et sans égale aux premières heures de l’Impressionnisme, entre terre, mer et ciel.
Cet hommage à Gustave Caillebotte, en forme de rétrospective, réunit quelque 90 toiles peintes entre 1870 et 1894 : un ensemble rare révélé au public grâce aux prêts essentiels consentis par d’importantes collections privées et plusieurs musée européens (Musée d’Orsay, Musée Marmottan Monet, Musée des Beaux- Arts de Rennes, Musée des Beaux-Arts de Rouen, Petit Palais de Genève, Fondation de l’Hermitage, Musée Van Gogh, Museum Barberini). Cette sélection souligne l’audace et la dualité picturale de l’impressionniste parisien le plus secret, disparu prématurément à l’âge de 45 ans en laissant un corpus d’oeuvres de moins de cinq cents toiles.
L’art de Caillebotte un témoignage des métamorphoses de l’art de vivre de son époque. Il représente la vie moderne citadine et capte des scènes d’intimité bourgeoise mais brosse aussi, dans un certain réalisme, l’âpre milieu ouvrier. Il explore des perspectives inattendues de la capitale telle que l’avait imaginée le baron Haussmann et se montre également sensible aux joies des sports nautiques, au charme des jardins et aux plaisirs du plein air dans le havre de paix de sa demeure au Petit Gennevilliers, berceau de l’impressionnisme. Ses inspirations et ses observations donnent naissance à des œuvres éclatantes, inscrivant pleinement l’artiste au premier rang des impressionnistes.