Ateliers Jean Nouvel

L’auvent mobile

L’auvent mobile est un signal qui redonne une dimension urbaine au Parc des Expositions : structure monumentale, ce triangle de 70m x 60m x 50m de côté marque fièrement l’entrée du nouveau pavillon n°6.

En pivotant sur sa base grâce à l’action de deux vérins miroitants, la pointe de l’auvent s’élève dans le ciel pour signaler aux parisiens l’imminence d’un nouveau salon : alors haut comme deux fois le gabarit haussmannien, l’auvent scintille et marque par sa présence ponctuelle dans l’horizon parisien un nouveau rituel dicté par la chronologie des expositions.

En position basse durant les expositions, l’auvent invite les visiteurs à se glisser en-dessous pour se diriger vers l’entrée du Hall. Il forme alors une sorte de gigantesque marquise inclinée à 20° par rapport à l’horizontale : ce monolithe d’acier fuselé recouvert d’une couverture transparente en ETFE étend sa protection le plus loin possible vers les visiteurs en approche.

Véritable repère au sein du Parc, sa forme triangulaire décentrée permet à la pointe de l’auvent d’atteindre l’axe de perspective depuis l’entrée principale du Parc, Porte A, et de marquer ainsi la présence du Pavillon 6.

Mais le principal objet de cet ouvrage est bien la création d’un support de communication d’un nouveau type, d’une affiche jamais vu encore. Sous sa charpente sont suspendus des centaines de journaux lumineux, sorte de pendrillons verticaux miroitants présentant sur une face un écran LED. Leur longueur, largeur, orientation et espacement sont tous différents et suivent l’inclinaison de l’auvent : les pendrillons les plus courts à la base s’allongent de plus en plus vers la pointe, incitant davantage encore à se glisser sous cette forêt animée avant de pénétrer dans le Hall. Les journaux lumineux renseignent pour chaque salon les visiteurs sur les dates, thèmes, horaires, exposants, à travers des textes colorés défilants doucement de haut en bas.

A certains moments, les journaux lumineux se coordonnent pour former un grand écran tridimensionnel : des animations en anamorphose ou des compositions graphiques lumineuses apparaissent alors sous certains angles de vue, notamment depuis l’arrivée des travelators venant de la Porte A, ou bien depuis les hôtels de la Porte B.

L’auvent mobile de la Porte Versailles réinvente les affiches traditionnelles urbaines, et crée un lien dynamique et joyeux entre le Pavillon 6 et le Parc, entre le Parc et la Ville. Jean Nouvel